Ce qui est plutôt gênant est de deux ordres : qu'on évoque les scènes chaudes homosexuelles entre deux personnages comme trop osées et qu'un responsable de chaîne fléchisse, via une certaine forme de censure, face aux homophobes, puisque c'est bien le terme, qui se sont érigé(e)s contre lesdites scènes, voire contre le principal ressort de l'histoire.

Qu'est-ce qui peut déplaire aux homophobes dans cette série : la mise à peu près au même niveau depuis le départ des amours hétéros et homos, même si le personnage principal est clairement hétérosexuelle et extrêmement caricaturales par certains aspects. Il est effectivement rare que dans une fiction française (hors traitement du SIDA ou spécifiquement traitant des homos) on ait placé un personnage homo au centre de l'histoire, comme un révélateur de la personnalité de l'héroïne.
en plus ce personnage homo est aussi amoureux du même mec que l'héroïne, mec qui, dans la 1ère saison avait malgré tout fini par retombé dans le giron féminin. L'honneur était sauf. Bon, il y a quand même eu une scène de sexe entre l'héorïne et son copain gay dont elle a attendu un enfant avant d'en avorter... pas très catho tout ça.

Mais voilà que dans la seconde saison (désolé pour le spoiler), c'est bien avec le meilleur ami gay, déjà briseur d'un autre couple, gay cette fois-ci, que se tourne le petit ami. L'intrigue amoureuse tournant autour d'une maîtresse potentielle plus âgée, les liens entre amis/amants pas toujours clairs, etc. tout cela n'est que du classique. Mais quand il s'agit d'intrigues bisexuelles, explicites en plus... alors là, on dépasse les bornes.

Car effectivement, il y a deux scènes de relations homosexuelles, où un mec (gay) sodomise un autre (bi). Pour moi, l'honneur sauf c'est l'utilisation de la capote, qui est aussi d'ailleurs un ressort du récit. J'imagine que les ligues de vertues, à la Christine B, n'ont pas du apprécier. La question est : pourquoi regardaient-elles aors la série ?
Parce que franchement, les cènes gaies, au delà du fait qu'il s'agisse de sodomies, n'étaient pas plus sexuelles que les scènes hétéros classiques. Je les ai même trouvées super romantiques pour des scènes entre hommes (je parle d'expérience, forcément). Alors oui, et pour la troisième fois, un mec en couple avec une fille s'est fait sodomiser volontairement par un homosexuel. Voilà bien ce qui les gêne. De mémoire ce n'était pas pas passé à 8h35 comme scène... mais bon.

Je suis en suite resté coi qu'un responsable de télévision ait non seulement cité mais encore ait prétexté des courriers de téléspectateurs choqués pour se justifier de l'arrêt de la série. Comme un Sarkozy qui justifierai la défait d'un "proche" face à une hétérote catholique pratique bien pensante (et mère de trois enfants, nele rappelait-elle pas ?) parce que ledit proche avait fait son coming-out, sans en rajouter (on le lui a d'ailleurs assez reproché). Je mets ça au même niveau.

Je crois qu'au contraire de ce que Mr Duhamel a exprimer, il aurait fallu présenter cela comme une avancée importante - une chaîne publique a osé un tel programme. Ce n'est quand même pas Queer As Folk version US, mais bon, c'était un tantinet plus explicite - et un rien plus tendre, aussi - que les scènes de lit de Juste une question d'amour, programmé courageusement par la même France 2 il y a déjà un bon paquet d'années.

J'ai honte pour ceux qui pense ça, et j'ai honte pour Duhamel s'il pense qu'ils ont raison et j'ai honte pour la télé que je paie si elle utilise vraiment cet argument pour supprimer un programme que j'ai, à l'évidence, apprécié !

Sources : Têtu, e-llico (je n'ai pas le lien direct), et j'en ai bien peur Jean-Marc Morandini