C'est assez drôle. Pascal, qui s'est déjà marié une fois, et Angèle, qui a déjà vécu maritalement avec le père de son fils, vont fêter leurs 40 ans (en fait, Pascal a déjà 40 ans, pour Angèle ce sera en juillet). Ils ont décidé de se marier pour ça.

Parce qu'ils sont déjà PaCSés en fait :)

Mais, bon, ils vont se marier. Ce qui a choqué ma mère, c'est qu'ils se marieront au Nouveau Temple protestant (luthérien) de Metz après la cérémonie en mairie. Mon frère étant divorcé, de toute façon, ils n'auraient pas pu se marier en terre catholique. Mais vu qu'ils se sont convertis, de toute façon, le problème ne se pose plus.

Je n'arrive pas à comprendre leur ferveur mystique - ni celle de mon cousin Marc d'ailleurs. Quoi que pour Marc, je sais qu'il avait trouvé auprès de pasteurs une certaine paix intérieure, alors qu'il était encore étudiant. Il a retrouvé une forme de calme que je ne lui avais à vrai dire jamais connue. Certes, les luthériens messins ne sont pas des évangélistes, leur prosélytisme semble limité et ils me paraissent réellement bienveillant - notamment vis à vis du remariage de divorcés ou par rapport au témoin, i.e. moi, qui n'a pas à partager le foi de celui pour qui il témoigne.

Bon, une fois ces considérations passées, ma mère m'a dit hier que malgré ses 39 ans bien tassés, ma future belle-soeur était comme une gamine - à cause de "la robe". Je ne crois pas avoir vu Angèle en robe depuis que je la connais (environ 4 ans), même pas en jupe. C'est une femme pragmatique, d'une personnalité à la fois forte et compréhensible. Son métier (éducatrice spécialisée, spécifiquement pour les enfants poly-handicapés) demande ces qualités. Et j'avoue que cela correspond aussi très bien à ce que mon frère pouvait rêver de mieux. Le caractère en apparence froid et l'humour morbide de mon frère, du fait de son métier, collent bien avec Angèle qui apprécie et renchérit. Et comme Loïc s'est aussi très bien adapté à mon frère (et réciproquement), tout va bien dans le meilleur des mondes.

Je suis très heureux pour eux deux - ou plutôt trois.