Elle est vierge - rien ne l'a jamais pénétrée.

Or, elle a accusé son frère de l'avoir violée. Au médecin, elle a expliqué qu'elle n'avait pas craint de tomber enceinte parce qu'il avait mis un préservatif. Elle a ensuite raconté une histoire qui manifestement est fausse (problème de faisabilité technique vu qu'elle n'a pas pu avoir de rapports sexuels, c'est pas possible.

Il n'est pas impossible que son frère l'ait mollestée - mais rien au delà d'attouchements. C'est grave et troublant pour la gamine, mais pas au niveau du crime que constitue le viol.

Apparemment, elle a raconté tout ça pour se venger de la liberté dont son frère jouissait. On croit rêver. Son frère qui a 3 ans de plus qu'elle avait effectivement des permissions plus importantes qu'elle - bien qu'interne au lycée, il était évident qu'il restait quand même contraint. Mais n'empêche, elle était jalouse. Et elle a monté cette histoire de viol pour se venger du fait qu'elle était moins libre que son frère. Même topo que lors de la crise qu'elle avait faite sur l'autre fille hébergée par mes parents qui avait reçu un lapin à son anniversaire et qu'elle avait jalousée à mort.

Forcément, les psys (le sien + celui mandé par la justice) avaient des doutes. Elle avait déjà accusé mon père de la frapper, et un professeur de la harceler sexuellement. Quand ils ont vu son comportement vis à vis des autres (tous les autres sont des cons, elle est la seule intelligente - au passage est d'une sottise à tous les sujets que c'en est étonnant), il montre qu'effectivement il y a un problème. Son comportement en matière d'hygiène corporel est aussi une marque qu'il y a des séquels des maltraitements qu'elle a reçu - mais pas au point qu'elle décrivait.

Du coup, ça disculpe pas mal son frère. Ce garçon est incapable de se défendre - mais là, au moins, ils avaient vu le choc sur le visage du garçon ; mais devant son incapacité à répondre, la seule conclusion qui était venu à l'assistante sociale et au jaf c'était de séparer tout ce monde.

Quand j'y pense, cette jeune fille est vraiment mal. Dans son corps, dans sa tête, dans son devenir. D'une bêtise crasse (il n'y a pas d'autre mot), elle comprend mal ce qu'on lui dit. Elle est incapable d'apprendre (ses connaissances sur la sexualité qu'on lui a pourtant expliqué laissent pantoi - elle ne sait toujours pas pourquoi elle est réglée !). Elle est à la limite de la paranoïa, associale, etc. Elle raconte aussi n'importe quoi - et sa mythomanie vient d'être exposée au grand jour. Et pour couronner le tout, elle est méchante, elle envie ce qu'on les autres mais ne comprend pas pourquoi ils ont ces choses (le travail, notamment, est une notion qui la dépasse).

Un dernier exemple : ma mère l'avait emmenée au planning familial pour qu'on lui explique "ces choses" comme elle dit. Apparemment, la seule idée qu'elle ait retenue est qu'un préservatif ça permet de ne pas avoir de bébé - et encore. Quand on lui a demandé "mais comment il l'a mis le préservatif s'il te tenait au sol de ses deux bras ?", elle a dit, "ben avec sa queue". Hum...

Enfin, bref, elle est mal, et son frère mieux.