Non, Vanneste ne revendique pas son homophobie, que dis-je, il dit qu'elle n'existe pas, ce qui est donc une façon d'être homophobe. A quand le passage en appel, au fait ?

L'invesiture de Vanneste, politiquement, ne surprend pas vraiment. Il faut aller au bout des idées Sarkoziste d'une union au delà des frontières, fussent-elles celles du délit - même après interjection d'appel. Rappelons les paroles de notre petit de la république (je ne parle pas de taille, mais de ce que je pense de sa politique).

Vanneste aurait dû d'après le président de l'UMP d'alors, être rayé des listes, désavoué, etc. Or, c'est tout le contraire qui arrive. Le mouvement unitaire populaire est justement ça : populaire, dans le mauvais sens du terme, quasi populiste. Il met à ses côtés ceux qui justifient leurs actes par la religion : Boutin, Vanneste et bien sûr Sakro lui-même (faites ce que je dis, pas ce que je fais, grand classique bien maîtrisé).

Ce qui me choque plus encore, c'est le comportement d'un président de la république qui traîte comme il le fait Act-Up qui avait tout à fait raison (entre les comportement vis à vis des homos, des séropos et plus généralement tous les malades...). Lisez l'article sur têtu.com ou e-llico.com. Mépris, le mot est faible.

Je suis hors de moi. Je trouve ce gouvernement, forcément opposé à mes idéaux, de plus en plus caricatural.A quand la catastrophe ?

(Je sais, très peu d'évènements objectifs, mais là, j'en suis peu capable)