Blog à cossaw

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 mars 2009

De la capacité du préservatif à préserver

L'évêque (maudit soit il jusqu'à la 13e génération, quoi que il s'est rétracté...) a raison, le préservatif n'est pas efficace à 100%.

Je l'ai même écrit moi-même ici.

Et ce pour trois raisons essentielles :

  • il faut savoir le porter correctement,
  • il faut savoir le lubrifier correctement,
  • il faut savoir qu'il peut se rompre

Lire la suite...

jeudi 19 mars 2009

Reportages "appartements ravioli"

Un sur France 2 dans Envoyé Spécial, suite de ce qui avait été présenté il y a deux ans.

Un autre sur la 1 dans "90 minutes".

Sujet du moment ?

dimanche 8 mars 2009

Retour de l'hôpital

Mercredi, nous étions en salle de Crises dans la tour EDF. Mon directeur et quelques autre parlaient rugby - même si je ne suis pas très calé, j'écoutais avec plaisir. Truculence est le mot qui me revient à l'esprit :)

Soudain, j'ai commencé à ressentir à une douleur dans le bas du dos, puis au ventre. Classique de mes colites. Le problème, forcement, c'est que ma tension est montée en flèche.

Heureusement, notre assistante était là - elle est l'autre secouriste, à part moi, dans l'assemblée.

Elle a pris soin de moi comme il fallait jusqu'à l'arrivée des pompiers.

Lire la suite...

mercredi 25 février 2009

Ach Quatsch

Wenn ich auf Franzose schwöre, benutze manchmal die selben Wörter - so wie merde, putain und so weiter. Keine Scharfsinn dadrin.
Auf Deutsch ist es immer schlimmer - weil ich nur die selben Wörter kenne, die meine Grossmutter mir gelehrt hat.

Lire la suite...

Devenir père ?

J'en ai assez qu'on me pose cette question - et j'en ai assez de répondre la même question.
%% Non, je ne veux pas devenir père.
Et oui, j'ai déjà été tenté, d'accord, c'est bon.
Pas le meilleur souvenir de ma vie d'adulte, ce truc.

Lire la suite...

lundi 23 février 2009

Un prêtre qui refuse le baptême ? Et à un bébé ?!?

cf.

Pour un chrétien, toutes branches confondues, le baptême est le lien le plus sacré, celui qui unit les hommes à Dieu.
C'est un geste d'amour que les parents font envers leur enfant - en tant que chrétiens, c'est le plus important qu'ils pourront jamais faire, confier leur enfant à Dieu. Rien de plus rien de moins.
Ce que ce prêtre refuse est inacceptable car il refuse le don de Dieu à un enfant.

Totalement impensable pour un fidèle d'un Dieu qui dit "laissez venir à moi les petits enfants" (Marc 10, 13-16).

Lire la suite...

samedi 21 février 2009

Fluctuation identitaire

J'ai rencontré un ex-ex-gay... et ça m'a bouleversé.

%

Lire la suite...

Oops

Petite loose du jour

Lire la suite...

lundi 9 février 2009

Pb avec orange.fr et yahoo !

Pas moyen de télécharger mes mails depuis orange ou yahoo. Les connections sont impossibles.
Alors que quand je me connecte sur les IHM webs, je n'ai aucun ennui.
Ca dit quelque chose à quelqu'un ?
Comme ça plantait avec Thunderbird, j'ai essayé avec Windows mail. Pareil !
C'est fou, non ?

Wall-e et les grammys

C'est fait, Peter Gabriel et Thomas Newman ont gagné les deux Grammys pour lesquels ils concouraient ensemble.

Lire la suite...

Rappel : Je dois laisser une évaluation pour 24 transactions.

Depuis que je m'étais inscrit sur eBay, je n'avais jamais rien gagné. Effet de prix, je pense.
Depuis décembre, j'ai recommencé.

Lire la suite...

Conversation de début de soirée

(moi) Tu viens ce soir, avec moi à l'expo machin chose ?
(lui) Non, j'peux pas, je fais mon circuit.
(...)

Lire la suite...

samedi 31 janvier 2009

Inquiétude de santé

Pas la mienne - non celle de mon père, d'une part, et d'Alain, d'autre part.
Mon père a 67 ans, et il s'est déchiré un muscle et des tendons, vraiment abîmé l'épaule droite. Il est gaucher et a voulu bricoler avec sa main droite. Résultat, c'est en tellement mauvais état qu'il devrait être opéré mais vu son âge et son état général (non qu'il soit en ''mauvais état"", mais bon, il ne cicatrise pas beaucoup, on lui a dit qu'il ne serait pas opéré et qu'il aurait droit à des infiltrations si il a mal... rien d'autre. Pas top.
Pour Alain, c'est une érosion des os et une inflammation au niveau des coudes. Pareil, rhumatologue + infiltrations. Ses problèmes sont donc loin d'être réglés !
Pis, pour faire "jamais deux sans trois", pour le chien c'est tumeur heureusement bénigne qu'on lui a retiré du côté de la tempe droite - ce n'était donc pas une "simple" vérue. Et sa cataracte reprend, elle risque de perdre l'oeil droit. A 15 ans, disons que c'est plutôt "normal".

mardi 30 décembre 2008

Und was denken Sie daran ?

J'ai des souvenirs qui me sont revenus, là, ce week-end, des trucs bizarres. Des souvenirs de télé, des trucs dont je ne sais plus en quelle langue ils étaient (je penche pour l'allemand, mais ce n'est pas sûr). Ça date de l'époque (bénie ?) où je mélangeais allègrement les quelques langues qui étaient parlées autour de moi (français, allemand et patois).

Un souvenir des interludes télé. Ce devait être en 79 ou 80 - parce que je savais déjà déchiffrer ce que je lisais, mais que je ne comprenais pas nécessairement.

Je crois que c'était l'ARD ou la ZDF qui avait ces interludes kaléidoscopiques, que j'aimais beaucoup. Ma grand-mère, ou encore Annie, une amie de mes parents (dont l'époux "jouait" au foot avec mon père - il était arbitre de touche vu son âge) regardaient souvent les feuilletons en Schlöh (ce qui n'était pas une insulte) - c'est comme ça que j'ai vu les premiers Raumschiff Entreprise. Star Trek... i de Entreprise était d'ailleurs prononcé alors que le reste était prononcé à l'allemande. De beaux souvenirs, une madeleine , si on veut. D'ailleurs, ça me fait penser d'abord à Annie, décedée il y a une dizaine d'année et à ma grand-mère décédée il y a quinze ans.

Puis, ça me fait penser à mon grand-père avec qui je regardais, tous les ans, le Tour de France. Pépé aurait eu 99 ans demain. Comme Annie, ou Mémé, il était né allemand car mosellan en 1909 (Villers-Stoncourt étant dans la zone annexée en 1870). Mais à leur différence, il refusait de parler allemand, bien qu'il le comprît. Comme mon oncle Jacques et pour la même raison, sauf que Pépé, lui, avait pu s'enfuir avant d'être pris et que Jacques était passé par les camps (en tant que résistant catholique).

Bref.

Je pense que ces souvenirs sont liés aux images de rétrospectives que j'ai vues récemment, retraçant les années 80. Au 1er janvier 80, j'avais 6 ans, ce qui me laisse des souvenirs très parsemés, certains clairs, certains flous. Et certains, refaits. Reconstruits à partir d'images et de sons par cet effet mémoire qui fuit et remplit des impressions de déjà-vu à partir de ces rétrospectives, justement. Par exemple, je me rappelle très bien de l'élection de Mittérand en 1981, parce que la famille était réunie chez mes parents et que mon onccle Gaby avait sauté de joie et renversé son père (Pépé) - j'allais avoir 8 ans le mois suivant et mon oncle m'expliquait combien les choses allaient changer. Je sais cependant que mes souvenirs sont déformés par l'image chacun connaît - Elkabach et Mougeotte présentant l'affichage minitelesque du visage de Mittérand. Je me souviens de la mort de John Lennon parce que mon frère Pascal avait pleuré, mais le reste, je le sais parce que j'ai vu des reportages.

En gros, ma mémoire se souvient plus des sentiments que j'ai alors éprouvés ou vus que des effets réels - qui eux sont des ajouts du fait des médias, et principalement de la télé...

Le gratin de ne ment jamais

Faut dire que les éléments le composant étaient un gage de bonne conception.
Pommes de terre bio, panais bio, topinambours bio, lardons (pas bio), emmental rapé "bio".
J'avais commencé par faire cuire les légumes (séparemment) à la vapeur. Apparemment, les topinambours sont restées un peu trop dures, mais ce n'est pas trop grave. Le gratin était doré à point (si c'est moi qui prépare la bouffe, c'est Alain qui gère la cuisson, il vaut mieux).

Nous avions un invité - Eric. Nous nous sommes tous les trois régalés.

Alain et moi en avons profité pour remonter le moral d'Eric qui a rompu avec son copain pour "mensonges, mensonges, mensonges".
Et barebacking (avec un autre mec forcément, Eric est 100% safe, génération "je suis homo et j'ai perdu tous mes potes de jeunesse" oblige).

Pour une fois qu'une méprise de belle-soeur sert à quelque chose : "c'est toi René ? Vous avez vraiment trop fait de bruits hier soir, j'ai eu du mal à dormir". En fait, Eric n'était pas René et son mec lui avait dit qu'il passait effectivement le week-end en famille, mais pas de cette façon là.

mercredi 10 décembre 2008

Outils de développement rapide

Je me suis rendu compte, au bout des années de code, que certaines fonctions fondamentales que j'utilisais, sans qu'elles soient optimales au niveau des structures, avaient l'avantage certain de pouvoir être applicable à à peu près tous mes projets.

Lire la suite...

mercredi 3 décembre 2008

Il y a des soirs comme ça

Aujourd'hui, nous sommes le 2 décembre, anniversaire de mon pote Nils, et demi-anniversaire pour ma part...

J'écoute de la musique et je me mets à pleurer - Sia, breathe me (musique du final de Six Feet under).

Me revoilà il y a 11 ans, quand on avait enfin trouvé un appart qu'on pourrait partager. Une nouvelle vie qui commençait.
Et prenait fin un moi et demi plus tard à cause d'un connard qui ne savait pas que celui qui boit c'est celui qui ne conduit pas.
Je me retrouvais alors chez les Léon, dont la fille vient de me retrouver sur Facebook.

Putain de bordel de vie de merde. Pourquoi est ce qu'il faut toujours que je revienne à ce sujet là ?
J'ai commencé à écrire la suite du message d'hier, mais pas possible, rien ne vient, ça bloque.
Je me rends compte, toujours, combien il me manque et me manquera toujours.

Et je me rends aussi compte combien France, Adeline, Christophe, Guillaume me manquent. France que j'ai envoyé balader il y a quelques années alors que j'aurais dû la soutenir, ou au moins l'assister. Adeline que j'ai aidée, Christophe et Guillaume aussi. Je les ai lâchés, comme des merdes. Je me suis éloigné d'eux.
Parce qu'ils me rappelaient pourquoi j'avais atterri chez eux. Parce qu'ils me ressemblaient. Parce que leur famille nombreuse me rappelait la mienne. Parce qu'il fallait couper les ponts, retrouver une vie normale, ressortir, retrouver quelqu'un.
Le cocon était trop douillet, trop beau. Il fallait que cela cesse, il fallait briser les liens. France, c'était comme une deuxième maman, celle d'après la mort. Parce qu'elle aussi avait vécu ça. Pire que moi, sans doute. Sa folie douce me manque. Quand je lui ai présenté Alain, c'est un peu comme si je cherchais l'approbation de ma mère qu'à l'époque je savais ne pas avoir. Le coming out par archétype interposé.
Maintenant, c'est peut être le bon moment pour aller la voir. Mais j'ai des craintes. Est-ce qu'elle est revenue à la normale ? Comprendra-t-elle mon comportement ? Acceptera-t-elle mes excuses ?

mardi 2 décembre 2008

Energies "nouvelles" et problématiques industrielles, suite

Suite de cette note.

Les énergies renouvelables permettent, de façon directe, de produire de l'énergie pour un coût écologique inférieur. Suite à une aide d'Etat, elles sont aussi souvent porteuses d'intérêt financiers. Et indirectement, ces nouvelles formes d'énergie permettent de créer de nouveaux modes de création de valeur économique : R&D, chaîne de production, d'installation, d'optimisation chez les particuliers voire les industriels...
En fait, quand on se penche sur celles ci, plusieurs problématiques apparaissent - je dis problématique et non problème.

Lire la suite...

lundi 1 décembre 2008

Energies "nouvelles" et problématiques industrielles

J'en ai assez de voir des représentants d'associations écologistes qui ne font preuve d'aucune intelligence, ou plus précisément qui ne peuvent mettre en avant leurs intelligences en évitant les gros problèmes liés aux énergies.
En fait, le problème est bien plus complexe que ce que les écolos qu'on voit rapidement ne peuvent expliquer, il faut leur rendre ça : la complexité demande plus de temps qu'un petit reportage de 2 min et plus d'intérêt que les téléspectateurs moyens ne leur accorderont.

Lire la suite...

lundi 17 novembre 2008

Faut il lire les textes antisémites en cours ?

Récemment, je me suis énervé avec un ami camarade au sujet de la lecture, en classe, de textes plus ou moins connotés.
Racistes, antisémites, etc.
Je n'ai pas trop compris son idée - parce que fondamentalement, on est d'accord sur le caractère antisémite des textes (puis racistes) dont nous parlions, qui dataient de la période d'entre deux guerre.
Là où je vois une nécessité absolue de marquer le temps et l'époque par la connaissance des textes, ici des articles de journaux, lui voit une possible mauvaise réutilisation.
Pour moi, il y a deux facteurs essentiels :

  • quand on lit ces textes, c'est avec des élèves de 3e à Terminale, donc capable de juger - et de voir le danger intrinsèque à ces paroles relatées, à ces textes haineux ;
  • on ne laisse jamais les élèves lire ces textes sans un contexte, justement, et sans préciser qu'ils étaient eux aussi liés à l'avènement du contexte nazi.

Ces textes là avait un goût particulier, parce que lié à la crise de 29, ses répercussions et l'arrivée au pouvoir du partie national socialiste (nazi, donc).
On ne focalise pas sur ces textes, on le cite et on les montre pour bien faire voir que la France d'alors n'était pas idyllique.
Un peu comme Desproges le disait du rire, on ne fait pas lire tout à n'importe qui dans n'importe quel contexte.
On explique, on tisse des liens, qu'on veut explicites, "à propos".
Dans un registre similaire, l'homosexualité peut être abordée, de façon ciblée. De même façon que l'hétérosexualité, la norme étalon.
Quand on fait apprendre à des gamins de 5e le dormeur du val (un de mes poèmes préférés), on ne va pas aller citer la sexualité (bi, homo, qu'importe) de Rimbaud - mais on citera par contre d'une part la commune, et éventuellement le futur de vendeur d'armes d'Arthur, comme contrepoids même asynchrone. Au élèves, on pourra citer le lien homosexuel entre les deux poètes maudits (dixit Verlaine lui-même) si celui ci est utile - comme il est utile d'expliciter le contexte de Mignone, allons voir si la rose de Ronsart.
Mais doit on supprimer un texte, un livre, un film, parce que son sujet est contraire aux "bonnes moeurs" politiquement correcte ? Non absolument pas mais à la condition express que le document s'accompagne d'un commentaire, qu'il soit discuté, qu'on y explicite les problèmes qu'ils véhicule et la haine qu'il soutient.
Je reste persuadé que les luttes contre les discriminations ne peuvent exister si on ne se fonde pas sur le passé - rien ne sert de rester vaseux, rentrons dans le lard du discriminant en exposant ses pensées et ce qu'elles ont de déshumanisant tant pour lui que pour les victimes qu'il présente.

- page 3 de 12 -