Blog à cossaw

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 15 février 2010

D'un lien à un autre

D'un fil blanc, je parcours ce vieux pullover gris, celui où ma chatte a passé tant de nuits endormie%% Mon odeur, cétait là ce qu'elle y cherchait, nul autre ne lui plaisait, plié dans une boîte, elle en fit son repère.
Dans cette rangée d'étagères où désormais restent mes vieux jouets, mes livres empilés, elle dort.
Ne venaient pas la déranger, parce que si elle s'éveille, ce qui reste rare, madame a ses aises !

Lire la suite...

lundi 23 novembre 2009

De la vie avec des coincés du non cul

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, en l'occurrence depuis les débuts de la pubertés, juste avant l'entrée en 6e voire avant, j'ai été très attiré par le corps de l'Homme et pas par celui de la Femme (sauf la légitime curiosité de savoir d'où j'étais né). Mes souvenirs de "messieurs tous nus dans les vestiaires" sont réels, mais je pense les sentiments que j'ai associé à ces images fugaces (du fils de ma marraine, notamment), sont autant fantasmatiques que vécues, plutôt rêvées quand même. Le problème, bien sûr, était que je ne pouvais pas vraiment en parler.

Lire la suite...

dimanche 5 avril 2009

Symphony in blue ?

Il m'a refusé son amitié, arguant qu'il n'était pas sain que nous entretenions de tels rapports.
Il sait qu'il me plaît, bien plus qu'il ne faudrait.

Et je l'ai laissé jouer avec mon cœur comme ça l'arrangeait.
Chacun y trouvait son compte. Je me sentais rédempteur.
Je ne faisais qu'accompagner ses névroses, accompagné des miennes.

Ai-je cru un moment l'aimer ?
Oui.
Ai-je cru un moment en un quelconque retour ?
Je le crains, et j'ai vite déchanté.

Il m'a totalement rejeté, il y a quelques mois, refusant toute écoute, toute parole.
Et j'ai ainsi perdu celui qui aurait dû être mon meilleur ami.



JLT, tu ne peux même pas savoir à quel point tu me manques.

dimanche 8 mars 2009

Retour de l'hôpital

Mercredi, nous étions en salle de Crises dans la tour EDF. Mon directeur et quelques autre parlaient rugby - même si je ne suis pas très calé, j'écoutais avec plaisir. Truculence est le mot qui me revient à l'esprit :)

Soudain, j'ai commencé à ressentir à une douleur dans le bas du dos, puis au ventre. Classique de mes colites. Le problème, forcement, c'est que ma tension est montée en flèche.

Heureusement, notre assistante était là - elle est l'autre secouriste, à part moi, dans l'assemblée.

Elle a pris soin de moi comme il fallait jusqu'à l'arrivée des pompiers.

Lire la suite...

samedi 21 février 2009

Oops

Petite loose du jour

Lire la suite...

lundi 9 février 2009

Rappel : Je dois laisser une évaluation pour 24 transactions.

Depuis que je m'étais inscrit sur eBay, je n'avais jamais rien gagné. Effet de prix, je pense.
Depuis décembre, j'ai recommencé.

Lire la suite...

Conversation de début de soirée

(moi) Tu viens ce soir, avec moi à l'expo machin chose ?
(lui) Non, j'peux pas, je fais mon circuit.
(...)

Lire la suite...

mercredi 10 décembre 2008

Outils de développement rapide

Je me suis rendu compte, au bout des années de code, que certaines fonctions fondamentales que j'utilisais, sans qu'elles soient optimales au niveau des structures, avaient l'avantage certain de pouvoir être applicable à à peu près tous mes projets.

Lire la suite...

mercredi 3 décembre 2008

Il y a des soirs comme ça

Aujourd'hui, nous sommes le 2 décembre, anniversaire de mon pote Nils, et demi-anniversaire pour ma part...

J'écoute de la musique et je me mets à pleurer - Sia, breathe me (musique du final de Six Feet under).

Me revoilà il y a 11 ans, quand on avait enfin trouvé un appart qu'on pourrait partager. Une nouvelle vie qui commençait.
Et prenait fin un moi et demi plus tard à cause d'un connard qui ne savait pas que celui qui boit c'est celui qui ne conduit pas.
Je me retrouvais alors chez les Léon, dont la fille vient de me retrouver sur Facebook.

Putain de bordel de vie de merde. Pourquoi est ce qu'il faut toujours que je revienne à ce sujet là ?
J'ai commencé à écrire la suite du message d'hier, mais pas possible, rien ne vient, ça bloque.
Je me rends compte, toujours, combien il me manque et me manquera toujours.

Et je me rends aussi compte combien France, Adeline, Christophe, Guillaume me manquent. France que j'ai envoyé balader il y a quelques années alors que j'aurais dû la soutenir, ou au moins l'assister. Adeline que j'ai aidée, Christophe et Guillaume aussi. Je les ai lâchés, comme des merdes. Je me suis éloigné d'eux.
Parce qu'ils me rappelaient pourquoi j'avais atterri chez eux. Parce qu'ils me ressemblaient. Parce que leur famille nombreuse me rappelait la mienne. Parce qu'il fallait couper les ponts, retrouver une vie normale, ressortir, retrouver quelqu'un.
Le cocon était trop douillet, trop beau. Il fallait que cela cesse, il fallait briser les liens. France, c'était comme une deuxième maman, celle d'après la mort. Parce qu'elle aussi avait vécu ça. Pire que moi, sans doute. Sa folie douce me manque. Quand je lui ai présenté Alain, c'est un peu comme si je cherchais l'approbation de ma mère qu'à l'époque je savais ne pas avoir. Le coming out par archétype interposé.
Maintenant, c'est peut être le bon moment pour aller la voir. Mais j'ai des craintes. Est-ce qu'elle est revenue à la normale ? Comprendra-t-elle mon comportement ? Acceptera-t-elle mes excuses ?

lundi 17 novembre 2008

Je préfère (dormir dehors)

J'avais décidé de me coucher à 23h.
Et puis, bon, le film qu'on a vu en DVD (la bande Moëbius ou équivalent) étant mauvais, je n'ai pas voulu m'endormir sur une mauvaise fin.
J'ai donc commencé à lire.
Puis, je me suis rappelé qu'après avoir acheté la télé de belle-maman, j'avais aussi fait un achat important de livres/disques/DVD/BD à la Fnac et donc j'ai fait un virement LDD sur compte courant.%% Ensuite, j'ai commencé à avoir mal au genou droit à force de m'assoir mal sur ma jambe droite pliée. Je me suis donc levé et ai fait quelques pas jusqu'au balcon, que j'ai ouvert (beuh, il pleut), et je me suis coincé dehors tout seul. En pyjamas manches et jambes courtes. Glagla. Heureusement, le chien m'a entendu et sans faire exprès elle a un tout petit peu la porte coulissante de l'intérieur et donc j'ai pu avoir une prise pour ouvrir la porte.
Je ne savais pas que cette porte fenêtre était si glissante et sans aucune prise dès qu'il pleut.
Vous le saurez, comme aurait dit Tatie Danielle (celle du film, hein, pas l'ex première cocue).

lundi 25 août 2008

De retour au boulot

Après 18 jours de congé, il fallait bien que ça reprenne. C'était ce matin. Nous étions 7. 10 en comptant les stagiaires et thésards (un compte pour les deux catégories).

Lire la suite...

mercredi 20 août 2008

Petit retour en arrière

Le 1er septembre, je débuterai officiellement une "carrière".

Quelque chose qui ne m'intéressait pas a priori, mais qui se trouve être devenu incontournable.

Mon but, dans la vie professionnelle est triple, classés par ordre croissant :

  • assurer mon train de vie
  • travailler sur des sujets intéressants
  • ne pas m'ennuyer

Lire la suite...

samedi 16 août 2008

Toujours en vacances

Donc toujours pas de blog :)

lundi 4 août 2008

Un peu perdu

Orange nous a lâché ce week-end - pas moyen de faire quoi que ce soit.

Un peu l'impression d'être perdu, coupé du monde... parce qu'on attendait des confirmations de potes par mail qu'on n'a donc pas reçues.

J'espère que ce sera revenu en l'état.

Parce qu'entre ça et les titres achetés sur fnac.com qu'on ne peut pas utiliser (je crois que j'ai compris le problème, mais "ils" ne répondent pas à mes mails non plus...), ce fut un week-end digitalement raté.

Heureusement, samedi soir, il y a eu Wall-e. Vraiment très agréable, beau et d'une morale assez simple sans être simpliste.

mercredi 30 juillet 2008

Sérieux problème de mis en forme

Il va falloir que je revienne sur les plus récents de mes articles dont je viens de voir qu'ils étaient difficiles à lire : en plus de leur longueur (mea maxima culpa), la mise en forme qui vient du format wiki a disparu.

Diantre.

Bon, ben, va falloir que j'y fasses plus attention.

J'ai un prénom germanique

"Arnaud", c'est un prénom germanique (à la base, ça voulait dire "roi des aigles" ou équivalent, cf. le symbole du Saint-Empire). Un évêque de Metz s'est appelé comme ça (avec la graphie d'alors, Arnoulf). Puis, bon, difficile de cacher l'anglo-saxon Arnold.

Plus encore que mon prénom (et les ancêtres germanophones de ma mère et de ma grand-mère), c'est certaines de mes expressions qui marquent...

Lire la suite...

lundi 28 juillet 2008

Nouveau boulot, nouveau joujou

J'aime bien mon nouveau boulot à la Défense. Bien sûr, j'aimais mieux quand il était avenue de Wagram, mais on ne joue pas avec la sécurité, alors, zou, tout le monde là où il peut.

Nous, c'était La Défense.

Lire la suite...

Le retour du mort-vivant

Apparemment, je peux de nouveau publier des billets sur mon blog. Et le problème venait de mon ordi perso, et non de Gandi. Dont acte.

A priori, le champ "contenu" apparaissait comme vide.

Remarquez, vu ce que j'écris parfois, c'est tout comme...

lundi 23 juin 2008

Déménagement professionnel

Bon, on a appris qu'on déménagerait dans la semaine pour un des sites à La Défense. Niveau transport, c'est pas top, mais c'est toujours mieux que de ne pas pouvoir travailler convenablement !

jeudi 19 juin 2008

Chômage technique ?

Je suis à peine installé depuis deux semaines à mon nouveau poste (j'ai eu le téléphone hier, je peux lire mais pas écrire mes mails) que je me suis retrouvé, avec tous les agents et invités, dehors par une pluie battante. Problèmes de structure, pas plus d'information que ça.

Nous pourrons toujours travailler chez nous, je crois. Perso, je retourne à Clamart demain, quoi.

Ceci dit, c'est impressionnant tout ce monde, avenue de Wagram, la plupart repartant alors que la consigne de se retrouver place de l'étoile n'était pas encore passée... on a vu le président partir, on a suivi.

Il faisait de son mieux pour ne pas paraître attristé.

Moi, c'est si j'assurais l'entreprise de BTP qui a semble-t-il fait une connerie que je ne sourirait pas.

- page 1 de 5